Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
2 mars 2016 3 02 /03 /mars /2016 21:42

Là, j’ai pu voir, couvrant des lieues,
Paris, ses tours, son dôme d’or,
Le cirque des collines bleues,
Et du lointain… encor, encor !

 

Mais, au fond du gouffre, la Ville
Ne m’émut ni ne me charma.
C’est le plan-relief immobile,
C’est le morne panorama,

 

Transformant palais de l’histoire,
Riches quartiers, faubourgs sans pain,
En jouets de la forêt Noire
Sortis de leur boîte en sapin.

 

Oui, le grand Paris qui fourmille
Est mesquin, vu de ce hauban.
L’Obélisque n’est qu’une aiguille
Et la Seine n’est qu’un ruban ;

 

Et l’on est triste au fond de l’âme
De voir écrasés, tout en bas,
L’Arc de Triomphe et Notre-Dame,
La gloire et la prière, hélas !

..........

François Coppée

(1888)

TOUR EIFFEL (2)
Partager cet article
Repost0

commentaires

Quichottine 03/03/2016 11:03

Je ne savais pas qu'il n'aimait pas Paris...
Mais bon, il défend certains monuments, c'est bien. :)
Bises et douce journée Vita.

Galet 03/03/2016 00:58

Qu'un tel lyrisme ne magnifie pas plus cette vue sublime est désolant de... réalisme !

Présentation

  • : LESTAIRE LE BLOG DE VITA
  • : comme une bulle......
  • Contact

VIENS.........

Viens!       Viens!       Viens!
                       
               Viens!           Viens!
     
      
Viens!         Viens!
 

21378-The-Last-Great-RomanticJ.Vettriano.jpg

 

 

Aurige.jpg

 

 

alechinsky24b-arbrea.jpg

 

 

Pour les poèmes de VITA cliquer sur la rubrique POESIE