Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
24 janvier 2009 6 24 /01 /janvier /2009 00:00


Des lignes de ciel noir
des arbres
découpent la nuit
tout droit
tout à soi
l'espace solitaire
et l'éclair du phare
sur l'écorce
et les fougères géantes
le reflet de l'asphalte
l'ombre du silence
les maisons vides
creusées de non-existence
les champs perdus
et au virage
la grande vallée
et l'horizon lunaire
et la crête des côteaux
tout à soi
devant soi.
VITA
Partager cet article
Repost0

commentaires

A
Une fois encore belle photo et texte itou !
Répondre
J
Hululement de chouette... Hurlement de loup... Froissements d'ailes... Bruissements d'insectes... Combien y a-t-il d'yeux qui observent? Frisson... Sueurs froides...
Répondre
L
très joli ces fils de lumières commme l magie de la nuit bleue
Répondre
M
Ah oui !!! C'est exactement ça !!! Avec en plus, ton talent de poète et une photo parfaite !!!merci Vita
Répondre
L
ciel chargé ,noir d'aspect, des étoiles oublié, puisses tu nous guiderbisous maud
Répondre
G
l'oeil nocturne éclaire  les chemins , transformant les branches humides en éclaires de satin , pendant que Morphée consoles les damnés .
Répondre
Q
J'aime tes mots lorsque tu parles des maisons vides creusées de non-existence... C'est une très belle image. Même si c'est un peu triste...
Répondre

Présentation

  • : LESTAIRE LE BLOG DE VITA
  • : comme une bulle......
  • Contact

VIENS.........

Viens!       Viens!       Viens!
                       
               Viens!           Viens!
     
      
Viens!         Viens!
 

21378-The-Last-Great-RomanticJ.Vettriano.jpg

 

 

Aurige.jpg

 

 

alechinsky24b-arbrea.jpg

 

 

Pour les poèmes de VITA cliquer sur la rubrique POESIE