Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
12 septembre 2021 7 12 /09 /septembre /2021 21:05
Ce que nous sommes
Tu es radeau dans l’éclaircie
Tu es silence dans les villes
Tu es debout
Tu gravites
Tu es rapt d’infini
Mais tel que je suis
que j’écris que je tremble
Je te sais parfois
refroidi de toi-même
quand les fables et le sel t’ont quitté !
Je te sais
Tantôt mutilé
Tantôt espace
Tantôt épave
Ou illumination
Je te sais
disloqué par les parcelles du monde
Mais je te sais
De face
Dans la forge de ton feu.
Andrée Chédid

 

Partager cet article
Repost0
9 novembre 2020 1 09 /11 /novembre /2020 21:27

Un vaste et tendre
Apaisement
Semble descendre
Du firmament
Que l’astre irise…

C’est l’heure exquise.

Verlaine

Partager cet article
Repost0
23 octobre 2020 5 23 /10 /octobre /2020 15:49

La feuille de cet arbre, que l’Orient
À mon jardin a confié,
Donne à goûter un sens secret
Qui charme l’initié.

Est-ce un être vivant,
Qui en lui-même se sépare ?
Sont-ils deux qui si bien se cherchent
Qu’on les croit ne faire qu’un ?

Pour répondre à cette question,
Voilà que j’ai trouvé le sens juste,
Ne sens tu pas à mes chants,
Que je suis Un et double ?

 GOETHE

 

Partager cet article
Repost0
14 octobre 2020 3 14 /10 /octobre /2020 14:45

 

Je suis heureuse
Il m'a dit hier
qu'il m'aimait
Je suis heureuse et fière
et libre comme le jour
Il n'a pas ajouté
que c'était pour toujours


Joan Miró & Jacques Prévert

Partager cet article
Repost0
14 octobre 2020 3 14 /10 /octobre /2020 14:36
Reprendre haleine de Zéno Bianu
 
J'ai toujours voulu
tout accueillir tout aimer
tout faire vivre
d'un seul regard démultiplié
m'accorder à ma ligne de plus haute tension
par-delà la fatigue
par-delà l'épuisement
tout accueillir tout
aimer
aller
aller plus avant
vers les grands creusets de l'effervescence
ne jamais en finir avec l'infini
doter chaque instant
d'une présence authentique
dernier souffle premier souffle
Écouter enfin
écouter autrement
écouter toute la palette
de mon radar intime
m'ouvrir
à tous les confins
vivre sept ou neuf vies
en vigueur folle
en vibrant retour de présence
faire jongler la création
ne pas cesser
d'apprendre à naître
jouer en tous lieux et en tous temps
de mon clavier d'apesanteur
comme d'un absolu trait d'union
dernier souffle premier souffle
Autrement
obstinément
où les corps s'électrisent
dans l'insoupçonnable
don de soi
où l'on fait chanter les contraires
au pays
des langues-univers
des immersions fertiles
des transes ciselées
des justesses transformantes
où l'on se reconnaît toujours
dernier souffle premier souffle
Un seul mot
et le monde cesse d'être hostile
un seul mot
et je rejoins le point d'orgue des éblouis
j'entre en résonance
avec la ferveur du big-bang
je convoque mes frères d'altitude
chasseurs subtils
blasons de pur vertige
danseurs d'accélération
tous ceux qui vont et viennent
s'attardent ou jaillissent
entre la vie et la mort
l'eau et le feu
l'oubli et l'extase
dernier souffle premier souffle
Face aux pièges à néant
aux grandes schizophrénies mortifères
qui dévastent
l'esprit même de la planète
je me voue
inlassablement
à l'aïkido du coeur
libre
d'être toujours plus libre
tel un guerrier des bienveillances radicales
libre de tout donner
pour ces instants où la sève
déborde
s'enfièvre davantage
fermente en turbulences
dernier souffle premier souffle
Venise New York Bénarès
au centre
de la ligne d'horizon
l'esprit et l'espace
respirent
ensemble
la lumière irrigue
le réseau des veines
mille poèmes
en amont du poème
mille voix
en amont de la voix
l'amour l'énergie l'amour
il est temps de plonger
pour étreindre les sirènes
dernier souffle premier souffle
Par-delà ces tremblements d'ailes noires
libre
de tout donner pour ce désir
souriant
libre de ne plus croire à rien
sinon
au baume du doute
à l'ardente lucidité
libre
d'exacerber les précipices
de consentir à l'imprévisible
souffle du sommeil
souffle du poème
dernier souffle premier souffle
second souffle"
Zéno Bianu
Partager cet article
Repost0
19 juin 2018 2 19 /06 /juin /2018 17:40

Puisque mai tout en fleurs dans les prés nous réclame,
Viens ! ne te lasse pas de mêler à ton âme
La campagne, les bois, les ombrages charmants,
Les larges clairs de lune au bord des flots dormants,
Le sentier qui finit où le chemin commence,
Et l'air et le printemps et l'horizon immense

Victor Hugo

Voir les commentaires

Partager cet article
Repost0
11 janvier 2018 4 11 /01 /janvier /2018 21:40

 

Le vent nocturne
Guillaume Apollinaire

Oh ! les cimes des pins grincent en se heurtant
Et l’on entend aussi se lamenter l’autan
Et du fleuve prochain à grand’voix triomphales
Les elfes rire au vent ou corner aux rafales
Attys Attys Attys charmant et débraillé
C’est ton nom qu’en la nuit les elfes ont raillé
Parce qu’un de tes pins s’abat au vent gothique
La forêt fuit au loin comme une armée antique
Dont les lances ô pins s’agitent au tournant
Les villages éteints méditent maintenant
Comme les vierges les vieillards et les poètes
Et ne s’éveilleront au pas de nul venant
Ni quand sur leurs pigeons fondront les gypaètes

Guillaume Apollinaire, Alcools, 1913

Partager cet article
Repost0
8 avril 2017 6 08 /04 /avril /2017 11:31

Quand j’étais jeune et fier et que j’ouvrais mes ailes,
Les ailes de mon âme à tous les vents des mers,
Les voiles emportaient ma pensée avec elles,
Et mes rêves flottaient sur tous les flots amers.

Je voyais dans ce vague où l’horizon se noie
Surgir tout verdoyants de pampre et de jasmin
Des continents de vie et des îles de joie
Où la gloire et l’amour m’appelaient de la main.

J’enviais chaque nef qui blanchissait l’écume,
Heureuse d’aspirer au rivage inconnu,
Et maintenant, assis au bord du cap qui fume,
J’ai traversé ces flots et j’en suis revenu.

.......;

Alphonse de Lamartine

Partager cet article
Repost0
5 novembre 2015 4 05 /11 /novembre /2015 11:52
HUMEURS MARINES

Sète

L'abîme ; on ne sait quoi de terrible qui gronde ;
Le vent ; l'obscurité vaste comme le monde ;
Partout les flots ; partout où l'œil peut s'enfoncer,
La rafale qu'on voit aller, venir, passer ;
L'onde, linceul ; le ciel, ouverture de tombe ;
Les ténèbres sans l'arche et l'eau sans la colombe ;
Les nuages ayant l'aspect d'une forêt.
Un esprit qui viendrait planer là, ne pourrait
Dire, entre l'eau sans fond et l'espace sans borne,
Lequel est le plus sombre, et si cette horreur morne,
Faite de cécité, de stupeur et de bruit,
Vient de l'immense mer ou de l'immense nuit.

Victor Hugo

Partager cet article
Repost0
14 octobre 2015 3 14 /10 /octobre /2015 14:19
AUTOMNE (3)

Plantes

AUTOMNE (3)

Tu gardes en toi
le sceau des fougères et des prêles,
le calque des écorces, étant
paume ouverte du temps
mémoire des ruches de la vie
où bourdonne encore en nos doigts
l’enfance des reptiles

Jacques Lacarrière

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : LESTAIRE LE BLOG DE VITA
  • : comme une bulle......
  • Contact

VIENS.........

Viens!       Viens!       Viens!
                       
               Viens!           Viens!
     
      
Viens!         Viens!
 

21378-The-Last-Great-RomanticJ.Vettriano.jpg

 

 

Aurige.jpg

 

 

alechinsky24b-arbrea.jpg

 

 

Pour les poèmes de VITA cliquer sur la rubrique POESIE