Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
10 juillet 2009 5 10 /07 /juillet /2009 18:11
Je voudrais tendre des tapis de pourpre
Et remplir dans tout le pays
D’un baume tiré de pichets d’or
Les lampes des fleurs jusqu’au bord.
Qu’elles brûlent toutes longtemps,
jusqu’à ce que, aveuglés par la rougeur du jour,
Nous nous reconnaissions dans la nuit pâle
Et que nos âmes - soient des étoiles.
Ô toi, si riche, tu donnes des rêves à mes nuits, des chansons à mes matins, des buts à mes jours et des désirs solaires à mes rouges crépuscules . Tu donnes sans fin. Et je m’agenouille et tends les bras pour recevoir ta grâce. Ô toi , si riche!
Je suis tout ce que tu veux. Et je serai esclave ou roi selon que tu t’irrites ou souris. Mais ce qui me fait exister- c’est toi.

                                         R.M Rilke
Partager cet article
Repost0
22 juin 2009 1 22 /06 /juin /2009 08:23

Ma sirène est bleue comme les veines où elle nage
Pour l'instant elle dort sur la nacre
 Et sur l'océan que je crée pour elle
Elle peut visiter les grottes magiques des îles saugrenues
des oiseaux très bêtes conversent avec des crocodiles qui n'en finissent plus
Et les oiseaux très bêtes volent au-dessus de la sirène bleue
 Les crocodiles retournent à leur boire
Et l'île n'en revient pas ne revient pas d'où elle se trouve où ma sirène et moi nous l'avons oubliée

 Ma sirène a des étoiles très belles dans son ciel
Des étoiles blondes aux yeux noirs
Des étoiles rousses aux dents étincelantes et des étoiles brunes aux beaux seins
Chaque nuit trois par trois alternant la couleur de leurs cheveux
Ces étoiles visitent ma sirène
Cela fait beaucoup d'allées et venues dans le ciel
Mais le ciel de ma sirène n'est pas un ciel ordinaire...
                                                                                                R.Desnos

POUR SIRATUS
Partager cet article
Repost0
3 juin 2009 3 03 /06 /juin /2009 07:12

Connais-tu le pays des citronniers en fleurs ?
Dans le feuillage épais l'orange d'or scintille.
Un souffle d'air léger parvient du ciel d'azur.

Discret le myrte croît et le laurier se dresse.

 Le connais-tu bien ?
Là-bas ! là-bas
Je voudrais avec toi, mon bien-aimé, partir
W von Goethe
Partager cet article
Repost0
21 mai 2009 4 21 /05 /mai /2009 17:20

 C'est tout un art d'être canard 
C'est tout un art d'être canard
C'est tout un art
d'être canard
canard marchant
canard nageant
canards au sol vont dandinant
canards sur l'eau vont naviguant
être canard
c'est absorbant
terre ou étang
c'est différent
canards au sol s'en vont en rang
canards sur l'eau, s'en vont ramant
être canard ça prend du temps
c'est tout un art c'est amusant
canards au sol vont cancanant
canards sur l'eau sont étonnants
il faut savoir marcher, nager
courir , plonger dans l'abreuvoir
canards le jour sont claironnants
canards le soir vont clopinant
canards aux champs
ou sur l'étang
c'est tout un art
d'être canard.

 

Claude ROY
Partager cet article
Repost0
6 mai 2009 3 06 /05 /mai /2009 07:12

Tous les chemins vont vers la ville.

Du fond des brumes,
Là-bas, avec tous ses étages
Et ses grands escaliers et leurs voyages
Jusques au ciel, vers de plus hauts étages,
Comme d'un rêve, elle s'exhume.
                                                                 E. Verhaeren
Partager cet article
Repost0
29 mars 2009 7 29 /03 /mars /2009 21:50



Il faut être toujours ivre, tout est là ; c'est l'unique question. Pour ne pas sentir l'horrible fardeau du temps qui brise vos épaules et vous penche vers la terre, il faut vous enivrer sans trêve.

Mais de quoi? De vin, de poésie, ou de vertu à votre guise, mais enivrez-vous!

Et si quelquefois, sur les marches d'un palais, sur l'herbe verte d'un fossé, vous vous réveillez, l'ivresse déjà diminuée ou disparue, demandez au vent, à la vague, à l'étoile, à l'oiseau, à l'horloge; à tout ce qui fuit, à tout ce qui gémit, à tout ce qui roule, à tout ce qui chante, à tout ce qui parle, demandez quelle heure il est. Et le vent, la vague, l'étoile, l'oiseau, l'horloge, vous répondront, il est l'heure de s'enivrer ; pour ne pas être les esclaves martyrisés du temps, enivrez-vous, enivrez-vous sans cesse de vin, de poésie, de vertu, à votre guise.

                                                                  CH. Baudelaire

Partager cet article
Repost0
30 janvier 2009 5 30 /01 /janvier /2009 00:00






Dès l'instant où tu vins dans le monde de l'existence,
Une échelle fut placée devant toi pour te permettre de t'enfuir.
D'abord, tu fus minéral, puis tu devins plante;
Puis tu devins animal : comment l'ignorerais-tu?
Puis tu fus fait homme, doué de connaissance, de raison, de foi;
Considère ce corps tiré de la poussière : quelle perfection il a acquise!
Quand tu auras transcendé la condition de l'homme, tu deviendras sans nul doute un ange.
Alors tu en auras fini avec la terre; ta demeure sera le ciel.
Dépasse même la condition angélique, pénètre dans cet océan,
Afin que ta goutte d'eau puisse devenir une mer.

Recherche le royaume de l'amour
Car ce royaume te fera échapper à l'ange de la mort.
RUMI

Partager cet article
Repost0
8 décembre 2008 1 08 /12 /décembre /2008 08:23

…Je voudrais tendre des tapis de pourpre
Et remplir dans tout le pays
D’un baume tiré de pichets d’or
Les lampes des fleurs jusqu’au bord.
Qu’elles brûlent toutes longtemps,
jusqu’à ce que, aveuglés par la rougeur du jour,
Nous nous reconnaissons dans la nuit pâle
Et que nos âmes - soient des étoiles.
                                                                                                                                Rainer-maria Rilke
Partager cet article
Repost0
29 novembre 2008 6 29 /11 /novembre /2008 07:25

Feuille rousse, feuille folle
Tourne, tourne, tourne et vole !
Tu voltiges au vent léger
Comme un oiseau apeuré.
Feuille rousse, feuille folle !
Sur le chemin de l’école,
J’ai rempli tout mon panier
Des jolies feuilles du sentier.
Feuille rousse, feuille folle !
Dans le vent qui vole, vole,
J’ai cueilli pour mon cahier
La feuille rousse qui dansait.

Luce FILLOL (1918- …)

Partager cet article
Repost0
25 novembre 2008 2 25 /11 /novembre /2008 00:00







La neige tombe, indiscontinûment,
Comme une lente et longue et pauvre laine,
Parmi la morne et longue et pauvre plaine,
Froide d'amour, chaude de haine.

E.Verhaeren




Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : LESTAIRE LE BLOG DE VITA
  • : comme une bulle......
  • Contact

VIENS.........

Viens!       Viens!       Viens!
                       
               Viens!           Viens!
     
      
Viens!         Viens!
 

21378-The-Last-Great-RomanticJ.Vettriano.jpg

 

 

Aurige.jpg

 

 

alechinsky24b-arbrea.jpg

 

 

Pour les poèmes de VITA cliquer sur la rubrique POESIE